Les gardiens de la tanière

« H - 36 | Accueil | Vides »

mardi 03 juin 2008

Commentaires

postscriptum

Déjà, je trouve qu'une prise de conscience a un effet bénéfique, même si, comme tu le dis, ce n'est qu'un premier pas : ça déculpabilise un peu ! Et puis, c'est aussi récupérer les cartes. Même si on joue les mauvaises, c'est nous qui les jouons et non plus une sorte de fatalité extérieure et mystérieuse qui aurait tous les pouvoirs sur notre vie ! Bon, il y a du chemin à faire après, mais comme on dit, c'est le chemin qui est intéressant, pas le but ! ...facile à dire ;-)

euqinorev

Hello Postscriptum, tu as complètement raison en disant que ce genre de prise de conscience permet de 'récupérer les cartes'. C'est en effet important de se sentir maître(sse) de sa vie et non plus victime d'une fatalité... Mais là où je ne te rejoins pas c'est quant à l'importance du chemin : je t'assure que ce qui m'importe dans ce cas de figure c'est bien le but et le résultat, et pas du tout mais alors pas du tout le foutu chemin qui y mène ! plus court et rapide il sera et bien mieux ça m'ira... J'aimerais bien ne pas devoir attendre d'avoir 70 ans pour être enfin heureuse en amour ! ;-))

Sulak911

Mais tu es une déesse inégalable !!!

La liste des qualités que tu montres est beaucoup trop longue pour que je l'énumère ici, et je suis bien sure que tu en possèdes encore davantage en "vrai".

Descends ta mère de son piédestal et apprends à t'aimer un peu plus. Le chemin se fera petit à petit....

Bisous...

N.B. D'ailleurs, moi, si j'étais un homme, ça fait bien longtemps que je t'aurais demandé en mariage... ;)

Teberli

La confiance en soi prend parfois des chemins tellement détournés..
Un jour au détour d'un chemin, tu croises quelqu'un qui croit vraiment en toi et .... tu y crois ...
Enfin, j'y crois ;-))
Bises

Pralinette

Tiens c'est curieux je n'y aurais pas pensé... mais il est vrai que je ne connais pas ta Maman.
Mais alors me vient une question... j'espère surtout que tu ne la prendras pas mal. Ta Maman... est ce qu'elle t'a valorisée ?
Pfff il me vient plein de questions qui tourbillonnent dans ma tête, et je ne sais ni les maîtriser ni les formuler... mais vraiment je pense que qui nous sommes devenues est grâce ou à cause de nos parents. Et ressurgissent de la petite enfance des évènements particuliers qui ont tissé nos peurs, nos doutes, nos forces aussi heureusement ! Bisous ma sourette.

euqinorev

Sourire Sulak, t'es trop mignonne...
Mais tu sais, la liste de mes défauts aussi est trop longue pour qu'on l'énumère ici. Et qui sait, peut-être ces défauts écrasent-ils complètement les qualités...
Cela dit il est clair qu'il faut que je descende ma mère du piédestal où je l'ai installée depuis que je suis toute petite. Pas facile. Comme de m'aimer un peu plus d'ailleurs, mais j'ai l'intention d'essayer très fort :)
Gros bisous

Si tu savais, Teb, le nombre de fois où l'on m'a assuré de ce que je trouverai un jour au détour des chemins, comment pourrais-je continuer à y croire ? Cela dit c'est sûr j'en ai trouvé, des trucs, au détours des chemins, mais pas vraiment ceux que l'on espérait pour moi... ;-)
Plein de bises en retour

En fait ma sourette ce n'est pas le fait de connaître ma mère, mon psy ne la connaît pas non plus. C'est le fait qu'il est vrai que je parle d'elle très souvent, en des termes dithyrambiques, et je sors ses photos pour un oui ou un non -souviens-toi je l'ai même fait à Berry Bouy, devant une tablée de 15 personnes-.
Bien sûr que non je ne prends pas mal ta question. Et pour y répondre je dirais que oui, elle m'a valorisée, bien plus que mon père en tout cas, même si on n'a jamais vraiment parlé ensemble de mes échecs sentimentaux. Je la tiens au courant de mes rencontres et de leur fin, mais on en discute pas vraiment. Enfin je devrais parler au passé, maintenant on ne risque plus d'en discuter, elle est bien trop "ailleurs" avec son traitement pour la démence. Mais je ne pense pas que le problème vienne d'elle, je crois que c'est moi toute seule qui l'ai mise sur ce piédestal. Ah si tiens, je me souviens d'une phrase d'une petite copine d'école, je devais être en CE1 ou CE2 : "qu'est-ce qu'elle est belle ta mère, tu en as de la chance". Qui sait si tout n'est pas parti de là ? ;)
En tout cas je pense de plus en plus que cette explication tient la route. Yapuka bosser dessus maintenant... Oui tu as raison, beaucoup de choses se dessinent dans notre enfance, et beaucoup par l'intermédiaire de nos parents. C'est assez logique d'ailleurs.
Gros bisous à toi. Comment vont les tiens de parents ? Ton papa est-il sorti de l'hôpital ?

Pralinette

Merci ma sourette pour ces explications ;-) Je cherche à comprendre et cela m'aide...
J'ai du mal à croire que tes problèmes soient partis de la réflexion de ta camarade d'école, avoir une jolie maman et se l'entendre dire est plutôt agréable et rend fière (au sens le plus noble). Et qu'elle t'ait valorisée est tout à son honneur. Donc je crois que le problème vient donc plutôt de toi, à force de l'avoir mise sur un piédestal, cela t'a conduit insidieusement sur un chemin de manque de confiance en toi, avec des sentiments d'infériorité et de persuasion de ne jamais être à la hauteur, de ne pas arriver à réussir ta vie de femme... enfin c'est ce que je ressens.
Mon père est rentré de l'hôpital, déambulateur pour l'instant... ambiance que tu peux imaginer, dans une maison non adaptée. Mais pas moyen de parler de structure sans qu'il se fâche tout rouge... je ne dis plus rien, mais un jour les services sociaux y mettront leur nez... ça promet... désespérant.
Mille bisous.

Lunaba

je pense que rien n'attendre de l'Autre est déjà un bon départ...

VivielaVie

maintenant que tu en parles ! mais bon cette admiration que tu as de ta maman, je la connaissais, et je la connais pas bien,et uniquement à travers toi. Moi quand je pense à eux, j'ai des questions qui viennent à moi, tu es fille unique aussi, enfin c'est vrai cette admiration sans bornes que tu as pour elle. et je conçois que cela pourrait être une part de ce "problème de valorisation et de confiance en soi" on se ressemble beaucoup pour cela. nos parents attendent beaucoup de nous et dans un esprit de surprotection - pas au sens du terme réellement - mais je sais que nous pouvons être trés influençable, surtout romantiques comme nous sommes ...mouarf ...il est ou le prince charmant ? je t'embrasse fort.

euqinorev

Bien sûr que le problème vient de moi ma sourette, comme je l'ai dit juste avant. Et non cette réflexion d'enfant n'y est bien certainement pour rien, même si elle m'a marquée :)
Pour ton papa, ce serait peut-être la solution, que les services sociaux s'en mêlent, tu ne crois pas ? A te lire je réalise que j'ai eu de la chance que mes parents acceptent leur placement. Ils sont très malheureux, et d'être là où ils sont et que la maison soit vendue, mais au moins ils ont accepté ma décision, ont pris conscience que leur état de santé ne permettait pas d'autre solution.
Je t'embrasse fort, et courage pour ton papa...

Je suppose, Eva, que tu sais que c'est absolument impossible... comment ne RIEN attendre de la personne qui partage notre vie, ou un morceau de notre vie ? Toi-même tu n'attends ni amour ni tendresse de ton mari ? Je crois que si nous ne devions jamais rien attendre de l'autre il n'y aurait aucun intérêt d'être à deux, d'être amoureux/euse... tu ne penses pas ?

Ce n'est pas que mes parents attendent beaucoup de moi ma puce, je veux dire ils n'ont jamais exigé quoi que ce soit. C'est moi toute seule qui ai engendré cette admiration pour ma mère, créé cette comparaison avec elle, et ma propre dévalorisation...
Je ne demande pas de prince charmant tu sais, n'étant pas moi-même une princesse charmante... et qu'est-ce qu'on doit s'ennuyer avec un prince charmant ! :) J'attends juste un homme qui m'aime vraiment et qui soit clean dans sa tête. Mais apparemment c'est mission impossible...
Tout plein de bisous à toi. Tu vas me manquer samedi !

mariem

Je ne sais pas si je dois me risquer à dire mon point de vue mais après tout on est là pour dire ce qu'on pense.Je crois que la vie n'est qu'une succession d'aventures en tous genres et qu'on ne maitrise pas grand chose en réalité et que c'est ça qu'il faut accepter, être dans le lâcher prise, le mot à la mode des psy mais qui pour une fois me semble intéressant. Surfer sur la vague plutôt que de vouloir la faire plier la modeler selon son désir.En ce qui concerne l'influence parentale, les imagos, certes on ne peut pas dire que ça n'a aucune incidence mais là encore les nombreux paramètres qui rentrent dans l'alchimie de notre vie sont si complexes et leur incidence si variable...Enfin bref, si j'avais un conseil à donner vivre sa vie comme elle vient sans se sentir ni coupable ni victime, c'est peut-être ça le bonheur?
Bises Véro.

mariebruxelles

Bonjour Véronique,
Cela faisait longtemps que je n'étais pas passée te voir. J'ai eu des problèmes de PC, perdu tous mes favoris dans l'opération et je les retrouve petit à petit, càd quand ma mémoire perso le veut bien (gros soupir).
Maintenant que tu sais où le bât te blessait, les choses devraient se remettre en place. Ca sera encore douloureux et ça ne se fera pas du jour au lendemain, c'est sûr, mais cette prise de conscience t'"allégera" (enfin, c'est comme cela que j'ai vécu la mienne).
Courage, ma belle ! Tu es quelqu'un de bien.

euqinorev

Ben si je ne voulais pas de vos points de vue Mariem, je n'aurais pas de blog, ou alors sans possibilité de commenter ;))
Je suis d'accord avec toi quand tu dis que la vie est souvent une succession d'événements que nous ne maîtrisons pas, ou très peu. Mais là où mon avis diffère du tien c'est que je reste persuadée que l'on doit essayer de rester maître de cette vie, le plus possible en tout cas, et donc de ne pas tout accepter sans rien faire. Et que quand on prend conscience de la raison d'un problème, comme c'est le pour moi par rapport à mes échecs sentimentaux, et bien il faut faire en sorte que ça change. Si on a la possibilité d'améliorer sa vie, il serait idiot de ne pas le faire, tu ne crois pas ?
Bises à toi

Ourf Mariebruxelles, ça c'est la tuile... je serais dans une sacrée panade moi aussi si je perdais tous mes favoris, alors je les sauvegarde régulièrement en même temps que le reste.
Non ça ne se fera pas du jour au lendemain (dommage d'ailleurs, mouarf !), mais j'espère finir par y arriver.
Merci pour le gentil compliment, mais tu ne penses pas que si c'était vraiment le cas ces messieurs ne seraient pas aussi "moches" avec moi ? Parce que côté comportements lamentables j'ai une sacrée collection de goujats à revendre... ;)

fargo

Qu'est ce cela peut bien faire euquinorev ? La méthode Caué pour sauver quoi ? La solution pour aller où ? Tu as peut être encore l'allure et le port de tête d'une vieille lionne mais derrière tout ça, qu'est ce que tu es ? Un animal humain rempli de doutes qui claudique avec ses vieilles plaies et ses blessures d'amour propre d'où s'écoulent un sang lourd et coagulé par le manque de veine et les répudiations infligées ou endurées. Tu t'es battue. Tu en as donné et reçu des coups de crocs et des coups de griffes. Tu as ronronné de plaisir et tu as chassé tout autant mais tu connais la loi des félins de la savane urbaine et tu sais comment tout cela va finir. Comment finissent les vieilles femelles sans descendance qui suivent une piste de sécheresse qui mène à un désert de rides et aux berges de la rivière amertume ? Ces hors-clans là n'ont que leurs propres forces pour survivre, jusqu'à ce qu'elles cèdent. Alors ils tombent là jusqu'à ce qu'une hyène finisse par venir leur bouffer le coeur où ils pourrissent doucement dans leur corps qui s'affaisse sous les yeux des vautours qui les picoreront jusqu'à leurs derniers souffles avant de tailler l'héritage. C'est cela que les hommes ressentent inconsciemment et leurs appétits sont insatiables.

euqinorev

Tu ne changes pas Fargo, c'en est presque rassurant. Et ton agressivité, ta méchanceté gratuite et ton mépris de la femme ne s'arrangent pas non plus... Toucher juste là où ça fait mal (l'absence de descendance par exemple) et fourailler dedans est l'apanage des enfoirés, des minables et des petits, et tu es très fort à ce jeu-là. Bravo monsieur le grand psychologue de pacotille, j'espère qu'au moins tu en tires du plaisir, à la manière de certains psychopathes qui ont besoin de faire mal pour bander et jouir.

Teberli

Le moins qu'on puisse dire, Fargo, c'est que tu donnes une image peu optimiste de l'âme humaine...
Oui oui, à mon âge je crois encore au Père Noël... et je m'en porte sans doute mieux que toi... Je suis certaine que je suis plus heureuse !!!

enriqueta

Heureuse de te retrouver, je te confie le fruit de mon expérience, ;-)) J'ai eu une longue traversée du désert après mon mariage (12 ans) et j'ai aussi beaucoup douté de moi me disant que si j'étais seule c'était parce que je suis trop ceci ou pas assez cela...Je rencontrais des hommes mais ça ne durait pas et je doutais encore plus et puis j'ai fini par rencontré le bon, celui qui me convient à 100 % et à qui je conviens à 100 %. Tout le monde a des complexes, des phobies, des trucs mal digérés de l'enfance ou d'ailleurs...J'ai constaté depuis bien longtemps qu'il y avait des quantités de femmes moins belles (ou encore plus moches, selon l'humeur) que moi, ou moins iintelligentes et cultivées, ou moins drôles, ou moins gentilles et plus égoïstes qui avaient un cher et tendre, donc là n'est pas le problème. Le problème est de trouver le bon et au bon moment et c'est pour cela que c'est si alléatoire, si risqué. Il y a aussi une part de chance. Cependant réfléchir sur soi est toujours profitable, c'est vrai qu'il faut essayer de s'améliorer mais les réflexions des psy qui ne font que nous bloquer, ne sont pas à retenir. Il faut trouver celui qui ne s'effraira pas de tes complexes, il faut trouver celui qui ne t'effaiera pas avec ses complexes, c'est la recette d'une potion extrêmement difficile à réaliser. Beaucoup de gens jouent la sécurité en restant avec quelqu'un qui ne leur convient pas, je ne leur jette pas la pierre je l'ai fait pendant 4 ans. La solitude est parfois si pesante! Toi, tu as le courage de quitter ceux qui ne te conviennent pas, alors je te dis bravo et je te souhaite beaucoup de courage pour ta quête.
(Mon nouveau blog est sur over blog mais aujourd'hui il ne marche pas ils ont un bug ou il font de la maintenance, j'espère t'y lire bientôt).

enriqueta

Après avoir lu Fargo...j'ai plein d'exemples dans ma famille de femmes mûres ayant trouvé l'amour tardivement. Ma mère s'étant retrouvée veuve à 47 ans a beaucoup galéré et connu plusieurs histoires avant de rencontrer vers 57 ans celui avec lequel elle est maintenant (elle a 70 ans). Mon grand-père maternel, après deux mariages, avait retrouvé l'amour âgé de 70 ans ou plus avec une femme qui avait à peu près le même âge que lui, elle a été sa compagne jusqu'à son décès à 83 ans. L'amour est possible à tous les âges et quand on aime on a toujours 20 ans. Je le confirme.

fargo

Tu peux avoir confiance, je ne change pas. Toi non plus. Ton impulsivité, ton caractère emporté, tes réactions orageuses. Je ne livre que de rares commentaires, même si je te lis depuis longtemps, avec attention, même depuis que tu t'es faite rare sur le net. La dernière fois, c'était il y a près de six mois mais comme j'ai eu la chance que tu prennes mes réflexions pour une confiserie, j'ai eu droit ton coté pile, aux antipodes d'aujourd'hui :
"Merci Fargo. Je ne sais pas quoi dire d'autre. Merci pour tes mots, comme toujours si beaux et cette fois si doux. Bon certes tu as réussi à me faire pleurer, mais c'était peut-être utile ;) Tant pis si je dis un truc bateau qui risque de t'énerver, mais je crois bien que c'est le plus beau commentaire que j'ai jamais reçu dans mes tanières." Tu n'imagines pas à quel point tu m'as touchée"...

Intimité est le nom de ce billet. Intimité, c'est bien ce que tu donnes à voir de toi depuis des années sur tes blogs. C'est bien ce que tu veux partager avec nous, ce que tu acceptes que nous sachions. Mais intimité, c'est aussi le nom de ton comité de censure. Tout ce qu'il est interdit d'évoquer sous peine de se voir taxer de fouille-merde et/ou de tortionnaire psychologique. Intimité, c'est uniquement du miel sur les tartines et rien de plus. Intimité, c'est de moi à vous mais surtout pas de vous à moi ou il faudra que vous y mettiez les formes. Je ne change pas non plus. J'ai une forme d'affection pour toi, dont tu te passerais bien (j'anticipe ta réponse). Je dois juste être un des si nombreux tarés qui peuplent ta route.

@teberli : Soit heureuse mignonne, tu gagnes.

euqinorev

C'est évident Teb, que tu es certainement plus heureuse...

La voix de la raison Enriqueta... mais que d'aléas ! ça semble si improbable finalement, c'est pour ça que j'y crois de moins en moins. D'autant que me dire que ça peut n'arriver qu'à 70 ans brrrrrrr... que d'années de galères d'ici là ! ;-)
Merci pour ce beau témoignage.
J'irai découvrir ton nouveau nid dès mon retour sur les blogs amis :)

Tu n'as à t'en prendre qu'à toi-même Fargo : tu savais très bien que me parler de "vieilles femelles sans descendance" me ferait mal (puisque soit disant tu lis la tanière depuis longtemps), très mal même puisque ne pas avoir eu d'enfant est la grande blessure de ma vie, blessure qui ne guérira jamais, et que forcément je réagirai en conséquence. Alors ne viens pas te plaindre de mes mots. Ce que tu as fait est cruel, et pour ça je te méprise.
Oui une fois, une seule fois, tu m'as touchée dans un commentaire plein d'humanité : je réalise que tu ne devais pas être dans ton état normal ce jour-là... et à ce propos, quelle classe de rapporter ici certains mots que je t'avais envoyés par mail.
Tu as de l'affection pour moi ? Mouhahahahahahaha !! Elle est bien bonne celle-là. Qu'est-ce que ce serait si tu n'en avais pas... Mais rassure-toi je n'en crois pas un mot. Tu aimes me provoquer, et au passage me blesser si tu en as la possibilité, c'est tout.
Quant aux tarés qui croisent ma route ne rêve pas, je parlais de certains des hommes avec qui j'ai eu des histoires sentimentales, pas d'internautes aigris et blessants comme toi que j'espère bien ne jamais rencontrer.

fargo

Je ne m’en prends qu’à moi-même. Je ne vais pas te donner la responsabilité de mes mots. Là où certains disent sagesse, je dis vieillesse. Là où certains disent femme, je dis femelle tant il est vrai que certains t’ont traité comme de la viande. Là où je dis sans descendance, d’autres évoqueront ta belle liberté... Tout cela est juste et bon. Comme est juste et bonne ta manière de présenter les faits. Ce commentaire, je l’ai trouvé sous ton billet, lisible de tous. Il est depuis le début dans le domaine public et tu le présentes aujourd’hui comme une correspondance privée. Soit. Je suis méchant et gris et pour te défendre, tu me badigeonnes d'une couche de noir. Dors bien Blanche Neige je suis parti.

euqinorev

En effet, tu as raison, je me souvenais t'avoir envoyé ces mots par mail, mais je ne me souvenais pas les avoir aussi postés dans la tanière. Juste le "Tu n'imagines pas combien tu m'as touchée" faisant partie du mail n'était pas dans ma réponse publique. Diantre, serais-je talonnée par l'Alzheimer ? Probablement. Foutu cerveau qui ne se souvient même pas de TOUT ce qu'il a fait en 6 mois, quelle pitié.
Bien sûr tu te jettes pile sur ma demie erreur pour étoffer ta réplique, ça ne m'étonne pas. Et oui tu es méchant, vis à vis de moi en tout cas et ce depuis pas mal de temps, mais je n'ai aucune envie de me battre avec toi. La "vieille femelle sans descendance" est à terre depuis pas mal de temps maintenant, et le peu d'énergie qui lui reste est consacré à la triste et particulièrement préoccupante fin de vie de ses parents, et de tout ce que ça induit comme problèmes à résoudre en continu. Et les stériles et futiles bagarres internetiennes ne font pas et de loin partie de ses priorités.

mariem

Je suis tout à fait d'accord avec enriqueta et je ne dis pas qu'il ne faut rien faire quand une tuile vous tombe dessus, je me bats depuis des années pour mes fils pour essayer de vivre malgré l'autisme de mon fils tous les jours le mieux possible au quotidien mais tu vois les psy ça fait 15 ans que je les fréquente et franchement pas grand chose à sortir de tout ça. Les problèmes qu'on rencontre dans la vie sont les notres et pas ceux de nos parents, les joies aussi d'ailleurs. Beaucoup de psy te balladent avec leur thérapie familiale, en fait, ils ont trouvé un bon filon pour se faire du fric légalement. Ils ne valent pas mieux qu'une bonne voyante!;-))

mariem

Je voulais rajouter que le fait de réfléchir sur son histoire avec ou sans psy est une bonne chose mais que ça ne solutionne que très rarement les problèmes. Tu sais pourquoi tu vas mal mais les choses ne changent pas forcément pour autant...C'est ça le problème et la grande escroquerie qui se cache derrière des analyses qui n'en finissent plus et qui te coûtent un max de blé. Pire certaines personnes deviennent dépendantes à leur psychanalyste. Bon j'arrête là car je pourrais en écrire des pages sur les méfaits de la psykk.

mariem

Désolée d'encombrer ton blog voici quelqu'un qui dit mieux que moi ce que je pense de la psy!
. Au-delà de l’inconscient
Et le malheur, c’est que la théorie de l’inconscient a si bien imprégné la pensée contemporaine, qu’il est en occident devenu quasiment impossible de se représenter une vie psychique, une vie intérieure, une vie intellectuelle, sans devoir passer devant son tribunal. Ou même son inquisition. Selon Jacques Bouvresse, au bout du compte, et par sa structure, la psychanalyse est un piège à rat : elle prétend pouvoir libérer, mais n’offre qu’un prison intellectuelle dans laquelle nous serions obligés de nous tourner et nous retourner, car il n’y a de porte de sortie ni thérapeutique, ni théorique.

1) La théorie de l’inconscient, telle que Freud la présente, est blindée contre toute réfutation, toute critique, toute falsification. Freud met d’abord le patient sous dépendance : devant le psychanalyste, il a le choix que d’acquiescer à une interprétation (donc le psychanalyste a raison), ou de la refuser (donc le psychanalyste a raison, car c’est une forme de « résistance » du patient devant la vérité). Cela revient en fait au même, il est donc conduit, par le très long détour de la cure, à finalement reconnaître sous la suggestion qu’il a bien eu l’intention de tuer son père et de coucher avec sa mère. Cela, on le savait déjà par avance en lisant les textes de Freud. En dehors de l’analyse, sur le plan théorique, Freud adopte en fait la même stratégie en voyant dans les critiques éventuelles de la Doctrine une « résistance » à la vérité. Il développe une remarquable rhétorique qui lui permet de tirer parti de toute espèce de critique, sans opérer de réelle remise en question des hypothèses fondamentales de sa théorie. Il suffit de toujours faire porter le soupçon sur celui qui oppose une critique. Du coup, la psychanalyse est par excellence un système d’interprétation policier et qui ne saurait mériter, selon Popper, le titre de théorie scientifique. Elle ne peut-être falsifiée par des observations, des tests qui la prendrait en défaut. Quelque soit l’objection qu’on lui propose, elle s’arrange toujours pour la contourner à son profit. Une véritable théorie scientifique est pour Popper faible et faillible. Il doit pouvoir être possible de la prendre en défaut. Une théorie scientifique ne peut pas, par définition, reposer sur quoi que ce soi d’absolu, car toute théorie scientifique est une construction relative. Elle doit son succès normalement à un consensus intersubjectif qui doit reposer sur des tests montrant que la théorie est vérifiée, corroborée. (texte) Freud ne cherchait pas la réfutation objective de ses propres conjectures, dans une discussion critique avec ses propres disciples. Ceux qui ont osé s’y aventurer se sont heurté à un mur dogmatique et sont vite devenus des dissidents du mouvement psychanalytique. Jung rapporte que Freud s’est évanouit deux fois en sa présence, suite à des critiques qu’il proposait sur la théorie de la sexualité ! Freud lui avaient demandé très fermement de ne plus critiquer la théorie de la sexualité, parce qu’elle était un dogme de la psychanalyse !

Pour en lire plus:
http://sergecar.club.fr/cours/inconsc3.htm

euqinorev

J'ai lu avec attention tes mots Mariem, mais en fait comme je l'ai dit la peut-être raison de mes échecs dans ce domaine n'émane pas d'un psy mais de l'une de mes amies. Mon psy, qui d'ailleurs ne me coûte absolument rien car je vais dans un centre gratuit, n'a fait que penser que cette explication valait le coup de s'y intéresser.
Quant aux psys en général, je crois que comme pour tout, et même pour les médecins, il y en a de bons et de mauvais. Il ne faut pas tous les jeter à la poubelle, certains réussissent de très belles choses avec leurs patients. Ils ne font que nous aider à trouver nous-mêmes les solutions à nos problèmes ou à nos manques. Certains font en effet plus de mal que de bien mais il ne faut pas pour autant tous les vilipender ; tu le sais, je n'aime ni les cases ni les tiroirs...

mariem

Justement la psychanalyse ne fonctionne qu'avec des tiroirs et si tu rencontres de soit disant bons psy en réalité c'est que tu rencontres des personnes plus ou moins compréhensives plus ou moins capables d'empathie. Les psy se sont infiltrés partout et mènent ce qu'il y a dans la tête des gens de manière insidieuse, ils ont de plus en plus de pouvoir et ne sont pas près à le lâcher comme ça. Gratuit ou pas gratuit,
c'est la même infiltration. Je crois sincèrement que les émules de la psychanalyse représentent la plus grande secte du monde. Ils te formatent de façon à ce que tu penses bien dans leur ligne et le pire c'est qu'il le font sous couvert de te faire du bien, en fait ils t'alienent à leur thérapie. Si je te dis ça Véro c'est pour t'épargner beaucoup de souffrances inutiles et parce que je t'aime bien. Mais je sais bien que l'expèrience des uns sert rarement aux autres.
Le vrai problème est que dans notre société du tout fric, les gens ont perdu leur racine leur capacité à prendre du temps pour les autres et que des petits malins se sont glissés dans la brèche pour soutirer du fric et asseoir, leur petit pouvoir sur les autres. Quand tu n'as plus de famille et d'amis plus de boulot tu deviens une proie facile pour ces gens là.

mariem

Si tu as le temps lis Alexandre Jollien "L'éloge de la faiblesse"
Bon courage pour là suite.

mariem

Tu peux lire aussi "Le métier d'homme" du même auteur quelques belles critiques sur les motivations de certains travailleurs sociaux.
Bises.

euqinorev

Je manque de connaissance dans le domaine pour vraiment argumenter Mariem. Je reconnais que je n'avais pas vu la chose sous cet angle, tu as peut-être raison, je ne sais pas... Je continue cependant à penser que dans certains cas la thérapie psy peut aider, à condition, encore une fois, que la personne ne soit pas un charlatan ou une charlatane. Cela dit mon expérience dans le domaine est assez succincte. Je vois un psychothérapeute depuis 3 ans 1/2 (je crois, me souviens plus bien de la date de début ;) ), et j'ai parfois (voire souvent) l'impression que ça ne sert à rien. De temps en temps je prends conscience de certaines choses, mais souvent je ne suis pas d'accord avec lui sur son analyse de mes pensées et réactions. Franchement, si je devais payer ces consultations je suis presque sûre que je ne le ferais pas, le rapport "qualité/prix" ne me semblerait très certainement pas assez valable. Il m'arrive de temps en temps d'annuler un RV parce que je n'ai pas envie de lui parler, d'autres fois j'ai hâte de le voir, et entre les deux j'y vais par principe, au cas où j'en ressorte avec LA révélation du siècle... complexité de la nature humaine ! Mais de là à les voir comme une secte ça me semble quand même un peu violent. Mais bon, je le répète, je n'ai pas assez de connaissance sur le sujet pour affirmer quoi que ce soit. Cela étant, je rappelle que l'idée initiale de la peut-être raison de mon problème n'émane à l'origine pas de mon psy mais d'une amie, à qui je parle davantage qu'à mon psy.
Merci en tout cas de ton témoignage sur le sujet. Je note les titres de bouquins, je me renseignerai sur eux et s'ils sont susceptibles de m'intéresser je les lirais.
Bises à toi Marie :)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

janvier 2011

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Expressement vôtre

Boîte à zique

Invités d'honneur non blogueurs

  • Aubade
  • Haig
  • Jean-Pierre
  • Lydie
  • Mon Ange Gardien
  • Nykky
  • Postscriptum
  • Sulak
  • Virginie
  • Xoom

Coups de coeur littéraires

Sériesmania

  • Les Experts : Miami
  • Les Experts
  • Profiler
  • Cold case
  • Bones
  • New York, unité spéciale
  • Esprits criminels
  • 24 heures chrono
  • Dr House
  • New York, police judicière
  • New York, section criminelle
  • Médium
  • Missing : Disparus sans laisser de traces
  • Sex & the city
  • Numb3rs
  • N.C.I.S. : Enquêtes spéciales
  • FBI : Portés disparus
  • Les Experts : Manhattan
  • Grey's Anatomy

Séries cultes, mania aussi

  • Skippy le kangourou
  • Le Saint
  • Max la menace
  • L'homme de fer
  • Daktari
  • Colombo
  • Au-delà du réel
  • Flipper le dauphin
  • Au coeur du temps
  • Voyages au fond des mers
  • Les envahisseurs
  • Chapeau melon et bottes de cuir
  • Amicalement vôtre
  • Mission impossible
  • L'amour du risque
  • Starsky et Hutch
  • Les mystères de l'Ouest
  • Ma sorcière bien-aimée
  • La grande vallée
  • Bonanza
  • Au nom de la loi
  • Cosmos 1999
  • Zorro
Blog powered by Typepad